Actualités

In memoriam Relinde Baeten (9 janvier 1959 - 19 avril 2021)

Relinde Baeten150x150Nous avons été très touchés d’apprendre le décès de Relinde Baeten le 19 avril dernier.
Relinde faisait partie de la Commission communication du CNC, en tant que représentante d’Ecopower, depuis sa création en 2007 et siégeait depuis 2015 au sein du bureau du CNC.
Son dévouement sans relâche, son sens aigu de la communication et ses convictions fortes qu’elle exprimait toujours avec douceur en faisaient une figure très appréciée du mouvement coopératif.

Pour preuve de son talent et de son engagement, (re)lisez son billet d’humeur paru dans la newsletter du mois de janvier 2012, à l'occasion de la proclamation par le Time des " indignés" comme " personne de l'année 2011 ".
Près de vingt ans plus tard, son propos est toujours d'une actualité brûlante. En (re)publiant ce texte, nous espérons contribuer à maintenir vivante la vision de cette personnalité fort appréciée au sein de notre Commission communication et du Conseil national de la Coopération.

Billet d’humeur

Indignés

La bourse, les banques, les investisseurs. Ils n’ont pas de visage. Les bureaux de rating qui jugent de la solvabilité des pays, non plus. Invisibles et insaisissables – ils ont malgré tout de l’influence. Sur les gens.

Les mêmes personnes qui, entre-temps, sortent dans la rue. Indignées et inquiètes.
Un programme commun ou une alternative toute faite, elles n’en ont pas. Elles n’ont pas de visage non plus. Elles ressentent cependant parfaitement que cela va de travers et qu’il faut autre chose. C’est la raison pour laquelle beaucoup d’autres se reconnaissent en elles : elles interpellent. Elles arrivent à se forger une visibilité, suffisamment pour que le Time présente ‘le manifestant’ comme ‘personnalité de l’année’. Une telle distinction ne constitue pas nécessairement un jugement positif. Il suffit de regarder la liste des dernières décennies. Il s’agit plutôt d’un signal: un phénomène frappant ou une personnalité pour telle année, dans telle tranche de temps.

Ces ‘indignados’, les indignés, les ‘occupyers’, ne sont pas classifiables sous un même dénominateur. Je suppose cependant qu’on peut être quasi certain qu’ils se reconnaîtront fortement dans les valeurs coopératives. L’indignation n’est, en effet, pas dirigée contre l’économie ou contre l’entreprenariat, mais bien contre les aspects inhumains, aveugles et le pur appât du gain qui en découlent. C’est un appel pour une autre économie et pour une autre gestion de celle-ci.

C’est ce que le Time a également bien compris. “Partout dans le monde, écrit le magazine, les gens se plaignent du leadership traditionnel et de l’inconstance des institutions. Les hommes politiques ne regardent pas plus loin que la prochaine bataille électorale et ils refusent de faire des choix difficiles.”

C’est précisément là que les coopératives offrent une autre perspective. Elles regardent au-delà des générations. Bien que ce ne soit pas littéralement un des sept principes de l’ICA, il est bel et bien sous-entendu dans l’engagement envers la communauté. Comme Milcobel l’a encore formulé récemment: “Nous n’avons pas hérité de la coopérative de nos prédécesseurs, nous l’empruntons à nos enfants.”
Pour la Terre, c’est la même chose. Espérons que cela puisse servir de boussole en matière de décisions politiques. Beaucoup de gens s’y retrouveront sans doute.

Relinde Baeten

Rechercher

Newsletter